Sauge officinale

Nom latin

Salvia officinalis

Famille

Lamiaceae

Chémotype

Thujone, camphre

Composante distillée

Sommité fleurie

Propriétés traditionnellement reconnues

Cicatrisant cutané. Emménagogue et mimétique des œstrogènes. Réduit la transpiration et les bouffées de chaleur. Expectorant, mucolytique. Lipolytique (facilite l’élimination des graisses), anticellulitique. Antibactérien. Antiviral.

Précautions

Déconseillé aux femmes enceintes et qui allaitent, et aux enfants de moins de 6 ans. Usage interne contre-indiqué.

Anecdote

On l'appelle aussi « herbe sacrée » ou « thé d'Europe ». Les Romains observaient un cérémonial particulier pour la récolter : après un sacrifice de pain et de vin, elle devait être cueillie « en tunique blanche, les pieds nus et bien lavés », et sans utiliser d’outils en fer. Il est intéressant d’ajouter qu’on sait aujourd’hui que les sels de fer sont une substance incompatible avec la sauge. Pendant tout le Moyen Âge, on considère la sauge comme une plante primordiale et elle entre dans de très nombreuses préparations : eau d’arquebuse, eau céleste, eau impériale, etc. Selon un vieux dicton, « qui a de la sauge dans son jardin n'a pas besoin de médecin ». Les feuilles de sauge séchées sont un condiment employé depuis l'Antiquité.